Warning: ob_start(): non-static method anchor_utils::ob_filter() should not be called statically in /homepages/41/d296407280/htdocs/blog/wp-content/plugins/sem-external-links/anchor-utils/anchor-utils.php on line 33

Frontières Invisibles, au Tri Postal de Lille…

Au détour d’un concours (les joies de l’orientation, une toute autre histoire…), j’ai profité d’une courte escapade à Lille pour combler une de mes lacunes : visiter le tri postal.
Pour tout vous avouer, la décision a été prise très rapidement, dans un couloir de métro, en croisant un petit avatar représentant l’expo actuelle, cet avatar était extrait d’un dessin de Dan Perjovschi… Il ne m’en a pas fallu plus pour rappliquer fissa au tri postal…

Dan Perjovschi

Tout d’abord, le rez de chaussée : entièrement crayonné par Dan Perjovschi, on pourrait facilement y passer une heure… Déchiffrer les moindre petits détails de chaque dessin, admirer la simplicité avec laquelle les idées sont associées, sourire devant une rature, annotée « This is not censor, i’ve just changed my mind »…

La suite de l’exposition alterne plutôt bien des oeuvres « conceptuelles » avec des documentaires… On retrouve d’ailleurs plusieurs créations découvertes à la biennale d’Istanbul (en 2007), comme cette animation d’AES+F où l’on découvre un monde malsain où des jeunes adolescents réalisent sans cesse les mêmes mouvements qui évoquent (on ne sait plus vraiment) le sexe ou la mort…
(D’ailleurs on pourra noter que la biennale d’Istanbul tentait déjà d’introduire l’idée d’europe, de frontière et de « globalisation », d’où cette ressemblance thématique entre les expos.)

Tout est vraiment très dense, il y a beaucoup de vidéos, et l’on pourrait facilement passer une après midi entière baignée dans cette ambiance… Une salle emplie de différentes sonos disposées comme les immeubles d’une ville qui diffusent chacune des langues et des histoires différentes, une vidéo où une jeune autrichienne raconte son adolescence… Les immig

Bref, je n’ai plus les souvenirs ni les notes pour en faire une critique construite et argumentée, mais je dirais tout simplement que Les Frontières Invisibles, c’est une expo qui parle de l’Europe. Surtout celle des pays de l’est. De tous ces peuples déracinés par les guerre, par les conflits, de l’identité qui tente de se maintenir ou de se recréer… C’est une expo qui parle des villes, des voyages, des campagnes… De politique, d’identité… Une expo axée sur l’humain, sur les Hommes, sur nos relations en tant que peuples.
Bref, une découverte artistique, certes, mais surtout culturelle.

Si cela vous intéresse, la Voix du Nord propose un reportage et une interview de Dan Perjovschi ici.

Un commentaire

  1. J’y suis allée aujourd’hui, et je ne l’aurai pas mieux décrite cette expo :]
    J’ai vraiment adoré…

Poster un commentaire

Votre adresse email ne sera jamais publiée sur le blog. Les informations marquées * sont obligatoires.

*
*