Warning: ob_start(): non-static method anchor_utils::ob_filter() should not be called statically in /homepages/41/d296407280/htdocs/blog/wp-content/plugins/sem-external-links/anchor-utils/anchor-utils.php on line 33

Jeux vidéo & pratiques culturelles des français.


(je n’ai pas pu m’en empêcher. Pardon.)


 
En tant qu’étudiante dans le milieu de l’art, il est assez difficile pour moi d’échapper à l’enquête 2008 sur les Pratiques Culturelles des Français… Cependant, j’ai été interpellée par une partie concernant les jeux vidéos. Mais tout d’abord petit retour en arrière :

Depuis que je joue, ça a toujours été seule, ou avec des mectons. Lorsque les médias parlent d’une fille ou d’une équipe féminine dans le domaine du jeu vidéo, on a souvent droit à une présentation « safari », qui placent les filles comme des freaks. Les publicités nous donnent plus souvent à voir des copines de gamer (voire des cruches) que des gameuz, à moins d’être dans une pub pour du casual gaming (et là, je vous renvoie aux pubs avec Beyoncé, Nicole Kidman et… Line Renaud.)


« Playstation, aide moi, ma bimbo de copine confond jeux vidéos et cinéma ! »

 

Je suis une poule (je fonctionne avec piles), j’ai trouvé un couteau.


 
Bref, au bout d’un moment, j’avais fini par me dire que le jeu vidéo devait être un loisir vraiment masculin, en témoigne les filles qui me demandent « mais comment en es-tu venue à aimer ça ? » alors que quelque chose me dit que s’il avait été question de danse ou de cheval, on ne m’aurait pas posé la question.

En lisant l’enquête « La Fabrique Sexuée des goûts culturels« , j’ai eu un début de réponse.
A cause d’une vision naturaliste des genres masculin / féminin, on se rend compte que l’on pousse plus facilement les enfants et ce, dès leur premier âge, vers des activités sensées comporter et développer des traits de caractère adaptés au genre de chacun : élégance et grâce pour les filles à travers la danse, technique et force pour les garçons à travers la technologie et sports d’équipe. (D’ailleurs, regardez la liste des jeux Léa Passion, c’est un bon exemple. Vous ne trouverez pas Léa Architecte, mais Léa Décoration par exemple.)
Bref, je ne vais pas paraphraser cette enquête courte et enrichissante, je vous conseille juste de la lire, la sociologue y explique très bien pourquoi les enfants (et surtout les filles) parleront peu de leurs activités si elles risquent d’être attribuées à des valeurs du genre opposé.

C’est donc avec intérêt, mais peu d’espoir que je m’étais penchée sur l’enquête des pratiques culturelles, rubrique jeux vidéo. Et j’avoue avoir été surprise !
Non seulement, elle témoigne du fait que les femmes ne sont pas si minoritaire dans ce loisir (c’est surtout entre 15 et 30 ans que l’écart est important.), mais que dans certains domaines (et pas celui de Léa Passion), le nombre de joueuses dépasse celui des joueurs (catégorie Jeux de Rôle et Stratégie par exemple.)

Après, on peut bien sûr s’interroger sur la manière dont sont faites les catégories du questionnaire : il n’est pas indiqué le support du jeu pour chaque question, et l’on y englobe les téléphones (rarement plus de 10% des supports) et les ordinateurs : cela augmente pas mal certains résultats : par exemple, sur 100 joueurs de 55/64 ans, on trouve 10% utilisant une console, contre 71% sur ordinateur (support majoritaire à partir de 45 ans.)
Idem pour les catégories de jeux : Stratégie + Patience + Jeux de Rôle dans la même catégorie, c’est peut être encore beaucoup pour se faire une idée précise : pour certaines questions, on mélange l’action, le FPS, le combat et la plateforme… Et les exemples cités dans le questionnaire restent basiques : Super Mario pour la plateforme, Adibou pour l’éducatif…
Mais c’est déjà un indicateur intéressant.

Liens en vrac :
L’enquête complète : www.pratiquesculturelles.culture.gouv.fr
Le top 7 des publicités sexistes : www.gamesradar.com

4 commentaires

  1. Alors c’est vrai et c’est pas vrai.
    C’est vrai parce que si on oriente les petits garçons vers des choses raffinées, très vite ils deviennent homosexuels. (études empiriques à l’appui)
    Et c’est pas vrai, parce que quand je suis allé acheter un jouet pour la petite fille de un an de mes amis, la vendeuse m’a orienté vers un jeu de marteau assez violent. Quand j’ai montre de ma réticence elle a précisé : « vous savez les petites filles elles aiment ça aussi. » Elle avait l’air d’être sincère.

  2. Moossye

    En même temps, on parle ici de genre féminin / masculin, je ne vois pas en quoi un homosexuel appartient moins au genre masculin qu’un hétérosexuel.

    Je trouve ce genre d’études assez réductrices tout de même… enfin, ça m’intéresse de voir comment ça a été fait et qu’est ce qui a été étudié plus précisément, mais je trouve que l’enquête en elle même tente d’expliquer l’homosexualité comme si c’était « anormal » et qu’il fallait en trouver la cause.

  3. certes.

  4. Un post très intéressant et l’étude également (bien que toujours pareil). Je sais pas vous, mais les pubs Nintendo Wii et DS me gonfle un max! Ben oui c’est connu après tous, les filles ça joue pas, ça travail à la maison et pi c’est tout!
    Et l’homosexualité ça fini toujours par revenir sur le tapis. Après l’incitation à la violence, on ne sait plus quoi mettre sur le dos des jeux vidéos…

Poster un commentaire

Votre adresse email ne sera jamais publiée sur le blog. Les informations marquées * sont obligatoires.

*
*