Warning: ob_start(): non-static method anchor_utils::ob_filter() should not be called statically in /homepages/41/d296407280/htdocs/blog/wp-content/plugins/sem-external-links/anchor-utils/anchor-utils.php on line 33

Expo Dead Space 2 @ Arludik Sketches


Autant vous le dire d’emblée si vous n’avez point écouté le dernier podcast de QLGQMC, j’ai un petit souci avec les expositions d’artworks de jeux vidéo. Œuvrer pour que l’on considère le jeu vidéo comme un bien culturel, voire comme une création artistique est bien évidemment un parti pris que je défends, mais je n’adhère pas vraiment à la manière dont une exposition de type artworks tente de le faire, en évacuant totalement ce qui fait la particularité d’un jeu vidéo, c’est à dire, une expérience, une interaction.

En bref, ce qui me dérange particulièrement, c’est de reproduire l’accrochage (stéréo)typique d’une galerie d’art contemporain, (ce fameux white cube) qui propose une exposition d’images fixes, comme des photographies ou des peintures : murs blancs, images accrochées aux murs à hauteur standard, cartels (voire prix, en ce qui nous concerne), certaines images ont même été imprimées sur toile montées sur châssis pour « faire peinture ». Certes, comme Brian O’Doherty l’explique dans White Cube – L’espace de la galerie et son idéologie, ce dispositif « artifie » les objets qui s’y trouvent. Mais en chemin il me semble que nous avons perdu toute notion d’image en mouvement, de gameplay ou même d’expérience.
Bien évidemment, je ne boude pas mon plaisir à la vue de ces belles images colorées fort plaisantes et très bien réalisées, mais je conçois plutôt le dispositif comme une luxueuse boutique d’images, de fétiches.

Enfin voilà un petit billet d’humeur. On me répondra surement que ce n’est pas l’objectif premier de la galerie, qu’il s’agit surtout de vente de croquis, de dessins, et c’est aussi pour cela que j’ai commencé ce post de manière plus générale en parlant d’expositions d’artworks. L’aspect sketches m’avait paru intéressant, dans sa dimension de prototype, où l’on aurait pu découvrir les chemins abandonnés, et ainsi, appréhender une partie du processus de création d’un jeu qui nous arrive « prêt à jouer » dans sa petite boîte de plastique.
Je ne peux pas m’empêcher de penser que le jeu vidéo ferait surement mieux de mettre en valeur la game culture qui le constitue en réfléchissant à de nouvelles manières de s’exposer plutôt que d’essayer de se couler dans « un certain moule » pensé pour d’autres médiums, dont certains dispositifs d’exposition sont critiqués depuis des décennies.

 

5 commentaires

  1. Le jeu vidéo en tant que patrimoine, ça n’est pas encore tout à fait ça… Cf le long billet que je t’avais mentionné sur Twitter à propos de l’expo au Smithsonian, je le relinke ici ;)
    http://www.gamasutra.com/blogs/index.php?blog_id=7021

  2. Moossye

    Merci pour le re-link !
    Il attend sagement dans ma liste de lecture… Qui malheureusement se retrouve encore bouleversée : on m’avait dit de stopper ma typologie des héroïnes féminines car c’est un volume trop important, pour y préférer une étude de 4 héroïnes précises… Me voilà à travailler sur Lara, Samus, Faith et Chell depuis une semaine… Et voilà qu’hier on me dit de repartir sur la typologie car la moitié est déjà fait… ça devient destabilisant !

  3. Argh je compatis… C’est pour ton cursus cette étude ?

  4. Moossye

    Ouaip, c’est l’un des « articles universitaire de 25 pages » que je dois rendre…. dans 2 mois :D

  5. Va bien falloir que tu deviennes Commissaire D’expo bientôt, quand tu seras grande, pour remédier à tout ça, chère cousine consanguine. :)

One Trackback

  1. [...] D'ailleurs cela me rappelle certains questionnements qui avaient fait suite à l'expo Dead Space 2 chez Arludik… Vous pouvez retrouver ce billet d'humeur sur mon blog. [...]

Poster un commentaire

Votre adresse email ne sera jamais publiée sur le blog. Les informations marquées * sont obligatoires.

*
*